Que ressentent les poissons?
Comment les poissons perçoivent-ils leur environnement?

En tant qu’aquariophile, vous disposez de nombreuses occasions d’interagir avec vos poissons. Le temps que vous passez à les nourrir et à entretenir votre aquarium constitue un premier exemple. Dès que vous entrez dans la pièce où se trouve l’aquarium, vos poissons ont tendance à venir automatiquement vers la face avant de l’aquarium. Les poissons répondent aux bruits et sons récurrents et ils reconnaissent souvent la personne qui les nourrit à ses pas. La perception sensorielle des poissons est un sujet fascinant. Certaines espèces ont même un 6ème sens !

Le philosophe Aristote a défini les cinq sens de l'homme il y a plus de 2.300 ans. Le sens du toucher est régi par des récepteurs situés dans la peau, qui permettent de détecter chaque contact. Les organes sensoriels tels que les papilles gustatives favorisent eux le sens du goût. En association avec le sens de l’odorat, le goût permet également de reconnaître des substances chimiques. Les récepteurs olfactifs situés dans le nez permettent de sentir les odeurs des molécules. Le sens de l’ouïe est régi par des organes sensoriels sensibles aux vibrations. Cependant, la partie externe de l’oreille n’est pas indispensable pour être capable d’entendre les sons. Les vibrations peuvent toutefois être ressenties par des organes sensoriels dans d’autres parties du corps.
Le sens de la vue est impliqué dans l’enregistrement et le traitement des stimuli visuels. Ce dernier sens en particulier n’est pas très développé chez les poissons et ils sont naturellement myopes. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Le cristallin oculaire de l’œil du poisson est sphérique et rigide, ce qui le différencie de celui de l’homme. La forme de notre cristallin change pour nous permettre d’identifier les objets et les distances, ce qui n’est pas le cas des poissons qui utilisent une méthode de mise au point très imprécise, ce qui signifie que les poissons ne peuvent pas voir clairement les choses qui se situent à moins de 1 mètre de distance. Cependant, le fait que le sens de la vue soit relativement peu développé chez les poissons est à mettre en parallèle avec leur habitat naturel. Beaucoup d’eaux naturelles dans lesquelles évoluent nos poissons sont particulièrement troubles, ce qui signifie qu’une amélioration de leur vision leur serait d’une faible utilité. Plus les poissons vivent dans des eaux profondes, moins il y a de lumière. C’est pourquoi certaines espèces qui vivent dans des eaux très profondes, comme le « poisson-hachette », possèdent de très grands yeux afin de pouvoir voir dans ce milieu très pauvre en lumière.
Les poissons possèdent le sens du goût. Le sens du goût et de l’odorat sont très fortement liés. Les poissons sont dotés de quatre petites narines près des yeux, qui sont tapissées de plus d’un million de terminaisons nerveuses par centimètre carré. Aussi, certaines espèces comme les poisson-chats possèdent des organes sensoriels répartis sur l’ensemble de leur peau, leur permettant ainsi de déceler la plus petite trace de substance dissoute dans l’eau.

Silence sous l’eau ?

Le monde aquatique est-il silencieux ?  Absolument pas ! En effet, cela peut même être très bruyant. Les sons incluent les bruits de mastication, l’air expiré par les poissons, les frottements des nageoires entre elles. Ce sont les poissons qui produisent le plus de bruits qui ont l’ouïe la plus développée. Les sons qui, par exemple, jouent un rôle fondamental dans les parades d’accouplement ou qui servent à effrayer les rivaux, sont enregistrés par de petits tubes remplis de liquides et situés derrière les yeux. La réception des ondes sonores se fait par des otolithes de carbonate de calcium qui vibrent, activant alors des cellules sensorielles très efficaces qui transmettent l’information au cerveau.
La ligne latérale – l’organe sensoriel principal des poissons

Les sons peuvent également être ressentis par la ligne latérale, principal organe sensoriel des poissons. Celle-ci ne se limite pas à la capture des sons mais permet également de ressentir les tremblements et les courants. C’est pourquoi la ligne latérale des poissons est également considérée comme un organe sensoriel à distance. Alors que les barbillons et l’intégralité de la surface de la peau sont dotés de récepteurs mécaniques et réagissent au contact, la ligne latérale ne nécessite aucun contact avec les objets. Ce système est situé sur le bas du flanc du poisson, sous la peau, et consiste en un tube rempli de mucus, qui est connecté au monde extérieur au travers de minuscules pores. Les cellules sensorielles localisées dans ce système sont sensibles aux mouvements de l’eau.  Celle-ci possède une densité plus importante que l’air, d’un point de vue physique. Ainsi, en nageant, les poissons créent une « vague d’étrave » devant eux. S’ils rencontrent un obstacle, l’onde est réfléchie vers la ligne latérale du poisson ce qui leur permet de déterminer la taille et la forme de l’obstruction ainsi que la distance à laquelle elle se trouve. 
Le sixième sens

Certaines espèces de poissons possèdent même un sixième sens. L’organe électrique, qui régit ce sens, peut être comparé aux sonars utilisés par les bateaux. Alors que ce dernier émet des ultrasons, les poissons transmettent un champ électrique qui se réfléchit sur n’importe quel obstacle et leur permet ainsi de les détecter. Mais quelle est la précision de ce champ électrique? AquaristikLes muscles et les nerfs de tous les animaux produisent ce qui est connu sous le nom de « potentiel électrochimique de membrane », qui peut être utilisé pour créer de faibles voltages.

Cette caractéristique est très prononcée chez les poissons dits « électriques » qui peuvent créer des décharges électriques allant de 0.1 à 25 volts. Ils utilisent leur faible champ électrique pour naviguer dans leur environnement. Les poissons sont capables de faire la distinction entre des obstacles conducteurs et non-conducteurs et peuvent également déterminer la position, la taille, le mouvement, et la direction de ces objets. Cet organe électrique peut être vu comme un moyen pour les poissons de s’adapter à leur milieu de vie. Etant donné qu’ils ont tendance à rester dans des eaux troubles, un champ électrique semble être le meilleur moyen de navigation dans le milieu conducteur qu’est l’eau.

Indépendamment de ce sixième sens, il y a beaucoup d’opportunités pour vous, aquariophiles, d’interagir avec ses poissons d’ornement. Par exemple, peut-être pourriez-vous associer à l’alimentation quotidienne certains sons afin de développer une sorte de protocole de communication entre vos poissons et vous. Dans tous les cas, je vous souhaite beaucoup de plaisir et de succès dans cet échange !
AUTEUR: Source
DATE: 28.04.2016