Les poissons au service des enfants diabétiques
Un aquarium peuplé de magnifiques poissons et orné de plantes représente un merveilleux spectacle et un passe-temps idéal pour toute la famille. Mais des chercheurs américains ont récemment également démontré l'impact positif des poissons sur la santé des enfants diabétiques.
© elisabetta figus - Fotolia
Le diabète de type 1 constitue le trouble métabolique le plus courant parmi les enfants. Il affecte en Allemagne environ 30 000 individus de moins de 19 ans. En présence de ce type de diabète, le système immunitaire fabrique des anticorps dirigés contre les cellules du pancréas produisant l'insuline. Et comme il n'existe aucun traitement à cette maladie auto-immune, les patients souffrant d'un diabète de type 1 doivent s'injecter de l'insuline tout au long de leur vie afin d'éviter des épisodes d'hypoglycémie ou au contraire d'hyperglycémie pouvant leur être fatals.
Un diagnostic qui change la vie
Lorsqu'un enfant est diagnostiqué diabétique, plusieurs changements affectent sa famille : ses parents doivent surveiller de plus près son alimentation, mesurer sa glycémie et procéder aux injections d'insuline. La maladie doit aussi être gérée tout au long de la journée, que l'enfant soit à la crèche, à l'école ou en train de jouer avec des amis. Il est donc essentiel que le traitement soit parfaitement intégré à la routine quotidienne. Les enfants ne se rendent en effet pas toujours compte de l'importance de la régularité du traitement contre le diabète de type 1.
Un poisson comme animal de compagnie pour une meilleure gestion de la maladie
Au regard de tout cela, des chercheurs américains ont tenté de savoir si un animal de compagnie pouvait aider les enfants à mieux gérer leur maladie. Au lieu de réaliser une étude avec des chiens et des chats, que toutes les familles ne peuvent pas se permettre de posséder, ils ont décidé de se tourner vers les poissons.

Des chercheurs du Southwestern Medical Center de l'université du Texas ont ainsi rassemblé 28 enfants et adolescents, âgés de 10 à 17 ans, divisés en deux groupes. Ceux du premier groupe ont reçu un poisson combattant, un aquarium et des instructions sur la manière d'en prendre soin. Les chercheurs leur ont suggéré de placer l'aquarium dans leur propre chambre. Quant au deuxième groupe, il servait de témoin. Les enfants le composant n'ont pas reçu de poisson.
© Tetra
S'occuper de leur poisson rappelle aux enfants de mesurer leur glycémie
Les enfants auxquels un poisson a été remis et leurs parents ont également été conseillés sur la manière d'associer les soins au poisson et les contrôles réguliers de la glycémie. Lorsque les enfants nourrissaient leur poisson matin et soir, ils devaient ensuite mesurer leur glycémie. Il leur a également été suggéré de changer un quart de l'eau de l'aquarium une fois par semaine, puis de discuter de leur niveau de glycémie avec leurs parents. Les enfants du groupe témoin continuaient quant à eux à gérer leur maladie comme avant.
Prendre soin d'un poisson améliore la glycémie à long terme
L'association allemande des diabétiques (Deutsche Diabetes Gesellschaft – DDG) recommande une glycémie à long terme (HbA1c) de 7,5 mmol/mol. Les résultats de l'étude sont étonnants : la glycémie des enfants ayant eu à s'occuper d'un combattant s'est améliorée de 0,5 % en trois mois, tandis que celle des enfants sans poisson s'est au contraire détériorée de 0,8 %.

« L'amélioration a été particulièrement visible chez les enfants de 10 à 13 ans », explique le Dr Gupta du Southwestern Medical Center de l'université du Texas. « Les jeunes de cet âge deviennent progressivement plus indépendants vis-à-vis de leurs parents et, contrairement à d'autres enfants, sont très heureux de s'occuper de leur propre poisson.

Les repas quotidiens des poissons étant associés au contrôle de la glycémie, les enfants en question ont pu mettre en place une routine. Le fait de nourrir leur poisson ou de nettoyer l'aquarium leur rappelait en effet de mesurer leur glycémie. Posséder un poisson leur a donc appris à en prendre soin, mais également à gérer leur maladie de manière plus responsable et plus sérieuse.
Les poissons, crustacés et autres animaux aquatiques peuvent favoriser la gestion des maladies
Un poisson confié aux soins d'un enfant peut structurer sa vie quotidienne débordante d'activités. La travailleuse sociale Cornelia Dilly utilise à dessein des animaux aquatiques dans le cadre de l'éducation des enfants dont elle a la charge. Cliquez ici pour découvrir la manière dont les enfants apprennent à faire face à des situations difficiles de la vie de tous les jours à l'aide de poissons, crevettes et escargots d'eau.
AUTEUR: Tetra GmbH
DATE: 27.07.2016